Florent Pagny Essaye Moi

Cela fait de nombreuses années qu'il est impossible d'évoquer Florent Pagny sans parler de sa situation fiscale. Après un différend avec le fisc, le chanteur a publié la chanson Ma Liberté de penser dans laquelle il revenait sur son redressement fiscal. Depuis, le coach de The Voice s'est installé au Portugal, pays qui exempte ses ressortissants étrangers d'impôts pendant 10 ans.

Régulièrement questionné sur le sujet, Florent Pagny a tenu quelques propos polémiques qui ont entaché la promotion de son dernier album, baptisé Le présent d'abord. Invité sur le plateau de Salut les terriens ce samedi, Florent Pagny a de nouveau dû s'expliquer sur sa situation fiscale : "Je suis ici pour mon album et j'ai un peu l'impression que je vais faire l'une de mes dernières télés [...] Je dois toujours me défendre, maintenant c'est que des joutes".

Il est ensuite revenu sur le reportage de Sept à Huit qui a fait couler beaucoup d'encre : "Moi je ne sais pas ne pas répondre, ça me saoule, j'en ai marre. J'en ai marre des journalistes. Le mec de Sept à Huit, p****in son reportage il était super ! C'est cette voix off de merde où ça ne parle que de pognon, ça ne parle que de choses dégueulasses".

Et Florent Pagny ne veut pas entendre parler du terme d'exil fiscal, rappelant qu'il est parfaitement en règle. Qu'il paye en France des impôts sur ses revenus français. "Les règles sont les règles, on est obligés de les payer, moi je suis franco-français ! J'essaye de préciser une chose que tout le monde n'arrive pas à comprendre. À un moment, nous, quand on fait ce qu'on fait, nos prestations elles sont sur le territoire français et bien on paye le taux français, en France, et c'est tout !" Il a d'ailleurs annoncé qu'il payait un million d'euros d'impôts chaque année en France.

M. RB

à lire aussi

VIDÉOS - Condamné définitivement pour s'être inspiré très fortement de l'un de ses confrères, l'interprète de Si seulement je pouvais lui manquer peut compter sur le soutien du juré de «The Voice».

Le chanteur de variété française Calogero a été condamné définitivement pour plagiat le mois dernier. Une sanction qui fait tache dans le petit monde de la chanson française. Si certains regrettent vivement ces pratiques, d'autres s'indignent que de telles accusations puissent frapper Calogero. C'est le cas notamment de Florent Pagny, qui prend vaillamment la défense de son ami.

Invité sur Europe 1, l'interprète de Savoir aimer n'a pas mâché ses mots. «La musique c'est sept notes, et on utilise toujours la même chose. J'ai entendu que mon pote Calogero s'est fait avoir sur un coup de plagiat. C'est des conneries! Il n'y a pas de plagiat!», s'énerve le coach de «The Voice».

Si les deux morceaux présentent des similitudes indéniables, Florent Pagny pense, lui, que tout est une histoire d'inspiration et d'influence. «Ce n'est pas parce que tu as enchaîné trois accords que tu as pompé la musique de quelqu'un d'autre. Il peut y avoir des similitudes, mais de là à aller au jugement et condamner quelqu'un pour des conneries...»

Calogero avait été condamné en première instance, mais avait fait appel de la décision, son avocat Me Simon Taharn évoquant «un combat pour l'honneur», assurant qu'il n'y avait aucune possibilité que le chanteur ait pu connaître cette chanson avant de composer la sienne.

Cependant, il a fini par être condamné le 24 novembre dernier. Sur Facebook, le musicien de 45 ans avait alors déclaré: «Je suis aujourd'hui accusé et condamné à tort de plagiat pour quelques notes du refrain de ma chanson Si seulement je pouvais lui manquer par un monsieur que je ne connais pas. La justice me condamne car je n'ai évidemment pas de preuve de n'avoir jamais été en contact avec sa musique».

Ce n'est toutefois pas la première fois que de telles accusations pèsent sur Calogero. En mars 2010, il avait déjà été condamné pour contrefaçon pour sa chanson Un jour parfait, avant d'être blanchi un an plus tard.

Pour vous faire votre propre jugement, vous pouvez écouter ci-dessous le titre de Calogero Si seulement je pouvais lui manquer et Les chansons d'artiste, celui de la troupe des années Boum.

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *